Attention: site dérangeant. Voilà comment on pourrait résumer la philosophie de «econospheres.be», un site internet consacré à l'économie.

La façade est plutôt classique. Au menu: articles et dossiers d'actualité, réalisés par des experts, entre autres par des professeurs d'université. Rien de bien révolutionnaire. Le contenu du site est, par contre, beaucoup plus novateur.

Le site a été créé par l'altermondialiste Attac, les deux grands syndicats (CSC et FGTB) et Gresea (le Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative). Objectif du projet: «ramener les questions économiques à l'intérieur du débat démocratique».

«L'économie est humaine, donc subjective. Les enjeux économiques sont tissés de contradictions et de conflits, donc politiques», expliquent les organisations fondatrices.

«Econosphères réunit des organisations et des chercheurs qui considèrent qu'il est crucial aujourd'hui d'apporter la contradiction et la libre confrontation des idées sur le terrain des enjeux économiques et sociaux». À ce stade, 70 chercheurs ont déjà adhéré au projet.

à contre-courant

La position est, clairement assumée, d'aller à l'encontre de l'idéologie dominante. «Cela signifie non seulement donner la parole à d'autres visions de l'économie que celle de l'économie standard, mais aussi donner la parole à d'autres disciplines que l'économie», explique Marc Becker, secrétaire national de la CSC. «Une des dérives des dernières décennies a en effet été l'économisme, c'est-à-dire, la prétention de la 'science' économique à incarner le seul discours légitime sur le monde social», ajoute-t-il.

Les premières contributions en date analysent les «mutations du capitalisme», «l'impact de la finance sur l'entreprise» ou encore «l'avenir des systèmes publics de retraite et de sécurité sociale».

Les textes publiés ne feront certainement pas l'unanimité. Tant mieux. En ouvrant le débat à un large public, «Econosphères» apporte assurément un «plus» à la réflexion économique. Donc à la démocratie.

Site: www.econospheres.be

Source: http://www.lecho.be/home