Journal d'un citoyen

06 mars 2012

Travailles et meurt

Le Travail aliène celui qui y est soumis.
Tu ne peux user de ton corps et de ton esprit entre les mains du productivisme. Là, tu n'est plus.
En dehors de la nécessité de travailler, on recouvre ce qu'est le plaisir de vivre. La vie, la vraie vie, se conscientise au-delà du travail. L'oisiveté est la mère nourricière de l'esprit. C'est alors que nous reprenons contact avec la Nature et que nous pouvons alors nous ouvrir au monde. Nous nous sentons résolument libre.
Le travail est contre-nature. Nous sommes en vie pour vivre et non pour mourir.

Damien Préault - 05.03.2012

Posté par vegman à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 février 2012

Derrière les laïcards, le racisme

L'islamophobie est l'autre nom d'un racisme ciblé. Le musulman fait peur car les médias n'ont cessé de le montrer comme un terroriste.
Quand le raciste ouvre la bouche c'est l'ignorance et la bassesse humaine que l'on perçoit.
Je regrette qu'en France, depuis 1989, l'on s'en soit pris aux femmes voilées. Les libertés s'estompent sous le coup de crayon du législateur. Le vivre-ensemble se passe, au contraire, de lois liberticides.

Contrairement aux lubbies des intégristes laïcards, la laïcité intègre en son sein toutes les religions en prenant soin de les considérer égale entre elles.

Si chacun à droit à son lieu de culte, ne faudrait-il pas construire autant de mosquées, proportionnellement au nombre de musulmans pratiquants?

Damien Préault - 13.02.2012

Posté par vegman à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 décembre 2011

Debtocracy

Debtocracy

Posté par vegman à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 novembre 2011

Vivre

La peine de mort est un crime contre le vivant. La folie des uns ne doit pas nous conduire à l'horreur. Toute vie humaine ou animale à le droit vivre.

 

Damien Préault - 26.11.2011

Posté par vegman à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 octobre 2011

Entre le deuil du monde et la joie de vivre : Les situationnistes et la mutation des comportements

de Raoul Vaneigem

 

 

Dans ce livre de "mémoires" collectives et personnelles, Raoul Vaneigem évoque, quarante ans après le mouvement des occupations du printemps 68, les prémices de cet "embrasement au cœur multiple" puis sa récupération insidieuse par le spectacle culturel et contre-culturel. Il dresse, à cette occasion, un bilan de sa participation au groupe situationniste, non sans faire la part de certains errements propres à tout projet insurrectionnel, écartelé entre pulsion de mort et instinct de vie.

 

 

Raoul Vaneigem est né en 1934 à Lessines (Belgique). Il a participé, de 1961 à 1969, aux activités de l'Internationale Situationniste. On lui doit, entre autres, le Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations (Gallimard, 1967), Nous qui désirons sans fin (Le cherche midi, 1996) et Le Chevalier, la Dame, le Diable et la mort (Le cherche midi, 2003). Il est l'auteur aux Éditions Verticales de Banalités de base et Modestes propositions aux grévistes (" Minimales", 2004)

 

  • Broché: 224 pages
  • Editeur : Verticales (17 avril 2008)
  • Collection : VERT PHA DEUX
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070774767
 

 
Table des matières

Aveuglés par l'hiver, nous errons dans un printemps du monde qui nous demeure étranger
Le travail fonde le règne de l'interdit et de la transgression
Le nihilisme apocalyptique est l'œuvre de mort de la prédation
Les impostures de l'émancipation
La subjectivité radicale - Eloge du combat solitaire et solidaire

 

 

 Vaneigem ou l'or noir des situationnistes- une critique de nonfiction.fr

"Mai 68 ne fait que commencer" - Un entretien de Raoul Vaneigem sur la Libre Belgique

07 avril 2011

Le travail ou la soumission assurée

 

De même que l’usage des outils, la spécialisation a influencé notre psychologie collective. Ayant toute leur vie connu la division du travail, de nombreux membres de la société se sont retrouvés coupés des activités et processus essentiels de subsistance ; plutôt que de vivre une relation directe avec le monde naturel ils sont devenus, pour leur existence matériel, dépendants du système de distribution économique de la société. Ce qui a subtilement instillé des attitudes de conformité et de subordination, tout en sapant les sentiments de confiance en soi et de compétence.

 

Richard Heinberg, Pétrole, la fête est fini ! – Avenir des sociétés industrielles après le pic pétrolier, p. 44, 2008 © Demi Lune

 

Posté par vegman à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 mars 2011

La viol psychique par le travail

Le travail au sens de travail salarié réduit l'homme à une marchandise. Sa vie n'a pas de valeur aux yeux des capitalistes.
Nous naissons dans une société qui annihile dès notre plus jeune âge notre potentiel de vie.
L'oisiveté devrait permettre à l'homme de retrouver les liens qui l'unissent à la nature et d'être simplement heureux. Se sentir vivre est important pour le psychisme. Avec le travail salarié, nous sommes aliéné en exécutant une tâche ou un rôle qui ne correspond pas à la nature intrinsèque de l'homme primitif, de notre moi primaire, celui qui n'a pa connu l'essor de la société industrielle.
Par le travail, c'est notre nature primaire qui est domestiquée. Dès lors, la société industrielle nous fais devenir autre en nous inculquant ses propres codes.

Ainsi la phrase de Raoul Vaneigem:

"L'homme n'a rien inventé de mieux que le travail pour ne rien faire de sa vie".

Damien Préault- 01.03.2011


Posté par vegman à 05:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2011

Des activités de substitutions

Dans la société industrielle moderne, un petit effort est exigé pour subvenir aux besoins fondamentaux d’un individu. Il suffit de suivre une formation à la portée de tous pour acquérir une modeste compétence technique et décrocher un emploi qu’il est facile de conserver sans grand effort. Les seules qualités requises sont une intelligence médiocre et par-dessus tout le simple don d’OBÉISSANCE. Si vous possédez ces facultés, la société prendra soin de vous du berceau jusqu’au cercueil […] Il n’est donc pas surprenant que la société moderne produise une multitude d’activités de substitution. Citons entre autres : la recherche scientifique, les exploits sportifs, l’action humanitaire, la création artistique et littéraire, la lutte pour l’avancement au sein de l’entreprise, l’acquisition de l’argent et de biens matériels bien plus qu’il n’en faut pour couvrir ses besoins[…]

Théodore Kaczynski, « La société industrielle et son avenir » in L’effondrement du système technologique, 42, 2008 © Xenia

Posté par vegman à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 février 2011

Le travail, non merci !

de Camille Dorival

Travailler plus pour gagner plus, travailler le dimanche, travailler plus longtemps... La " valeur travail " voit ses actions grimper plus que jamais ! Un drôle de paradoxe dans une société qui compte plus de quatre millions de chômeurs et où la souffrance s'invite souvent au contrat. À rebours de ce discours, de plus en plus de personnes refusent de mettre l'emploi au centre de leur vie : chômeurs de longue durée découragés, travailleurs usés, mais aussi " militants du temps libre " ou partisans de la décroissance. Pourtant, le non-travail est souvent une manière de composer avec la réalité plutôt qu'un véritable choix ; c'est le cas pour un certain nombre de femmes au foyer, par exemple. Ce livre propose de nombreux portraits de ces " objecteurs de travail ", et interroge : au-delà de fournir un salaire, à quoi sert le travail pour chacun d'entre nous? Quelle place doit-on lui accorder dans notre société actuelle? Peut-on vivre sans travailler?

Camille Dorival est responsable de la rubrique sociale au magazine Alternatives Economiques. Elle est diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris. Les portraits de ce livre ont été réalisés en collaboration avec Alexandre Lévy, journaliste à Courrier international. Préface de Bernard Gazier, économiste, professeur à l'université de Paris-1 et auteur notamment de L'Introuvable Sécurité de l'emploi (Flammarion, 2006).

  • Broché: 210 pages
  • Editeur : Les Petits Matins (6 janvier 2011)
  • Collection : Essais
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2915879850
  • Posté par vegman à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
    Tags : , ,

    31 janvier 2011

    Métamorphose du bourgeois

    de Jacques Ellul

    Envié, haï, admiré, brocardé, le bourgeois a façonné puis possédé le monde moderne en faisant preuve d'une incroyable capacité d'assimilation de toutes les valeurs. Il a disparu du champ social. Sa succession est assurée par le technicien, mais Jacques Ellul montre que la classe ouvrière et la gauche dans son ensemble ont complètement intégré sa vision du monde.

    Le bourgeois moderne est un technocrate conservateur ou soixante-huitard - voué au culte du néant et à la célébration de la société du spectacle. Autant dire que ce livre, écrit à la veille de Mai 68, n'a rien perdu de sa pertinence, et déboulonne pas mal de chromos, tout en racontant la saga assez fabuleuse d'une classe sociale protéiforme.

    Indispensable pour comprendre où nous en sommes, vers quoi nous allons.

  • Editeur : Table ronde (4 décembre 1998)
  • Collection : Petite Vermillon
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2710308819
  • Posté par vegman à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
    Tags : ,