09 mars 2010

DIVERTIR POUR DOMINER

par Collectif

La culture de masse contre les peuples.


Le développement de la culture de masse a entraîné l’érosion des formes autonomes de culture populaire et la dissolution des liens sociaux au profit d’un monde artificiel d’individus isolés, fondement de la société de consommation.

Le capitalisme ne peut donc être réduit à un système d’exploitation économique, il représente un "fait social total". Il ne tient que sur l’intériorisation d’un imaginaire et grâce au développement d’une culture du divertissement permanent. Cette uniformisation des comportements et des aspirations se présente comme l’affranchissement de toutes les contraintes (sociales, spatiales, temporelles, etc.) et la garante de l’indépendance d’esprit et de la liberté de l’individu contemporain.

Survalorisée et triomphante, la culture de masse actuelle (séries américaines, nouvelles technologies, football, jeux vidéos, etc.) trouve des défenseurs même chez des intellectuels réputés contestataires. Il devient donc urgent de mener une critique intransigeante du mode de vie capitaliste afin de comprendre comment la civilisation du loisir participe de la domestication des peuples.

La revue Offensive, de sensibilité libertaire, porte chaque trimestre un regard critique sur un grand sujet.

Posté par vegman à 21:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur DIVERTIR POUR DOMINER

    I agree & I offer u a book 2 read

    "Les Maîtres de cet univers veulent commercialiser le Loisir Absolu, susceptible de répondre à tous les désirs du consommateur et de l'entraîner dans une spirale de délices onéreux. Ils risquent de mettre en péril l'équilibre de la galaxie en réveillant le Rêveur Orbital."... lisez le livre "Le rêveur orbital" de Raymond Clarinard. Entre humour et aventures, ce livre évoque le règne de l'apparence, la modification génétique, la civilisation des loisirs comme domestication du peuple... à+ et j(adore tes articles.

    Posté par nasri, 12 mars 2010 à 17:00 | | Répondre
Nouveau commentaire