28 janvier 2011

Crédit à mort : La décomposition du capitalisme et ses critiques

de Anselm Jappe

« La seule chance est celle de sortir du capitalisme industriel et de ses fondements, c’est-à-dire de la marchandise et de son fétichisme, de la valeur, de l’argent, du marché, de l’État, de la concurrence, de la Nation, du patriarcat, du travail et du narcissisme, au lieu de les aménager, de s’en emparer, de les améliorer ou de s’en servir. » A. Jappe

La crise mondiale du crédit survenue à l'automne 2008 aurait conforté la théorie marxiste orthodoxe d'une crise tendancielle du capitalisme: ce dernier porterait en germe sa propre faillite. Les tenants de la " critique de la valeur" ne se satisfont pas de cette théorie, pas plus qu'ils ne se réjouissent véritablement de sa récente et apparente vérification. Car ainsi que l'expose ici Anselm Jappe, la question théorique principale doit demeurer celle de l'émancipation sociale. Or, jusqu'à preuve du contraire, la crise financière mondiale n'a nullement contribué à son progrès. Le présent volume réunit les récents travaux de recherche menés par Anselm Jappe. Revus et enrichis pour la présente édition, ils constituent à la fois une première approche de la théorie de la valeur et son application à différents objets, chaque texte s'appliquant à exposer ses propres présupposés théoriques.

Théoricien de la valeur et spécialiste de Guy Debord, Anselm Jappe a notamment publié: "Guy Debord", Denoël, 2001; "Les Aventures de la marchandise, Pour une nouvelle critique de la valeur", Denoël, 2003 et "Les Habits neufs de l'empire" (avec R Kurz), Lignes, 2004.

  • Broché: 254 pages
  • Editeur : Nouvelles Editions Lignes (18 janvier 2011)
  • Collection : Lignes
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2355260605
  • TABLE

    I. Pars destruens
    - La princesse de Clèves, aujourd’hui
    - Politique sans politique
    - La violence, pour quoi faire
    - Crédit à mort

    II. Pars costruens
    - Le « côté obscur » de la valeur et le don
    - « Common decency » ou corporatisme ? (Observations sur l’oeuvre de J.-C. Michéa)
    - Décroissants, encore un effort… !
    - D’une utopie à l’autre

    III. Pars ludens
    - Le chat, la souris, la culture et l’économie
    - Est-ce qu’il y a un art après la fin de l’art

    http://www.editions-lignes.com/CREDIT-A-MORT.html

    Commentaires sur Crédit à mort : La décomposition du capitalisme et ses critiques

    Nouveau commentaire