31 janvier 2011

Se distraire à en mourir

de Neil Postman

L'esprit d'une culture peut se flétrir de deux manières. Dans la première - celle d'Orwell -, la culture devient une prison. Dans la seconde, celle de Huxley la culture devient une caricature. (...) Huxley nous enseigne qu'à une époque de technologie avancée, la dévastation spirituelle risque davantage de venir d'un ennemi au visage souriant que d'un ennemi qui inspire les soupçons et la haine. C'est nous qui avons les yeux sur lui, de notre plein gré. Nul besoin de tyran, ni de grilles, ni de ministre de la Vérité. Quand une population devient folle de fadaises, quand la vie culturelle prend la forme d'une ronde perpétuelle de divertissements, quand les conversations publiques sérieuses deviennent des sortes de babillages, quand, en bref, un peuple devient un auditoire et les affaires publiques un vaudeville, la nation court tut grand risque : la mort de la culture la menace.

Neil Postman (1931-2003), critique et théoricien de la communication, dirigeait le département Culture et communication de l'université de New York.

Table des matières

LE MEDIA EST LA METAPHORE
MEDIA ET EPISTEMOLOGIE
L'AMERIQUE TYPOGRAPHIQUE
L'ESPRIT TYPOGRAPHIQUE
LE MONDE DU " COUCOU "
L'AGE DU SHOW-BUSINESS
" ET MAINTENANT, VOICI "
DU COTE DE BETHLEEM
VENDRE LE PRESIDENT
APPRENDRE EN S'AMUSANT
L'AVERTISSEMENT DE HUXLEY

Posté par vegman à 11:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur Se distraire à en mourir

    A méditer .

    Merci Damien pour ce commentaire de livre , en effet c'est une bonne question de fond qui fait réfléchir !

    Avec toute mon amitié,

    Dominique

    Posté par giraudet, 31 janvier 2011 à 12:12 | | Répondre
Nouveau commentaire