17 janvier 2009

Dictionnaire des codes homosexuels : Tome 2, I à W

de Philippe Arino

Broché: 337 pages

  • Editeur : L'Harmattan (5 novembre 2008)
  • Collection : Questions contemporaines
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 229606678X
  • Présentation de l'éditeur
    Le Dictionnaire des codes homosexuels, répertoire unique en son genre, accompagne les essais Homosexualité intime et Homosexualité sociale, et réunit les 184 symboles qui surgissent le plus souvent d'une œuvre homosexuelle à une autre (et parfois d'une vie de personne homosexuelle à une autre). Moins on a réfléchi sur la nature violente des désirs homosexuels et hétérosexuels, plus on en utilise et on en actualise sans le faire exprès. Moins on les tolère parce qu'on les trouve choquants, plus on risque de les transformer en faits ou en personnes qu'ils ne sont pas à l'origine. Ces codes homosexuels ne sont pas des réalités sur les homosexuels, mais uniquement des signes utilisés par un désir particulier, le désir homosexuel, qui cherche à se dire tout en étant nié par ceux qui l'expriment. Cette seconde partie du Dictionnaire des codes homosexuels, qui complète la première qui démarrait au début de l'alphabet, décrit l'univers symbolique de la communauté homosexuelle de la lettre I à la lettre W.

    Biographie de l'auteur
    Philippe Ariño, né en 1980, est professeur d'espagnol, essayiste et critique. Il s'intéresse de près aux milieux théâtral, religieux et homosexuel. Il est l'auteur d'un mémoire sur les sectes pentecôtistes au Guatemala, ainsi que d'une thèse sur le poète argentin Néstor Perlongher.

    Visitez le site de l'auteur!
    www.araigneedudesert.com

    Posté par vegman à 21:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
    Tags :

    Commentaires sur Dictionnaire des codes homosexuels : Tome 2, I à W

      Plus de 2000 ans de persécutions.

      Admettons-le une fois pour toutes ; les religions dominantes qui n’ont qu’une seule origine, sont à la base de l'homophobie planétaire, jusqu'à en avoir pollué les racines de nos civilisations, dans les lois, les institutions et les consciences, cela depuis de siècles. Bien évidemment le rejet des différences existe déjà dans la nature, (une poule rousse mise dans un poulailler se fera tuée à coups de becs par les autres volailles de couleurs différentes). Néanmoins, l'être humain de par son évolution et ses capacités d'abstraction est cessé devenir plus sage, en dépassant ses bas instincts. Hors, il est bien connu que les religions ne veulent pas que l'humain évolue. Elles sont contre l’évolution dans un sens large, pour pouvoir continuer à manipuler les masses et les exploiter, pour dominer. Contrôler les peurs et la sexualité de l'humain, c'est l'asservir. Hitler savant parfaitement cela.

      Quand bien même l’homosexualité serait une maladie : Pourquoi tant de haine contre des malades ? Bien évidemment les sciences ont prouvées définitivement qu’il n’en était rien, alors que l’existence de dieu ne sera jamais prouvée. Reste le retour de bâton : C’est maintenant aux religions de devoir subir le contrecoup de milliers d’années de persécutions contre les homosexuels.

      Quant au sale traître névrosé, Philippe Arino, soi-disant homo-catholique, (ce qui reste à prouver), qui est mis en avant par les catholiques pour faire passer leurs propagandes homophobes : Rien de surprenant ; "tout bon nazi a son juif" et Le Pen, (suivant les périodes propices), fait placer des blacks sympathisants, (ou rémunérés), devant les journalistes, pour laisser croire aux benêts qu'il n'est pas raciste et pour donner bonnes consciences aux racistes, tout aussi benêts et malsains, qui votent pour lui. Coluche, philosophe lucide et comique populaire, disait dans l'un de ses sketchs : "J'suis pas raciste : Mon chien est noir !". Je pense que l’homosexualité de ce tordu du cul et de la tête, qui se dit homo-catholique est un contre-exemple plus qu’un modèle. Il y a des gens nocifs de partout, y compris chez les homos, (disons un peu moins, puisqu’ils sont amenés à plus de réflexions intérieures que la moyenne des gens).

      Tous comptes faits ; Les religions et le fascisme, dont les idées se rejoignent souvent, (c’est historique et régulièrement visible), ne peuvent plus que s'adressés aux gens faibles d'esprits ou/et haineux, manipulables. Hors, l’intelligence du coeur grandit avec l’intelligence intellectuelle des populations, en faisant régresser les dictatures et les religions, (qui cachent leurs venins derrières de belles idées). C’est aussi pourquoi les dictateurs et les fanatiques religieux ont toujours cherchés à imposer leurs instructions dans les écoles.

      Contrairement aux prosélytismes religieux, il n'existe aucune propagande homosexuelle, mais des défenseurs des homosexuelles qui agissent pour leurs libertés et leurs droits. Défendre les homosexuels c'est défendre l'humanité toute entière, parce que les différences sont un plus, une richesse. Si les religions avaient réussies à dominer le monde durant ces derniers siècles, elles auraient commencé pas éliminer les homos, puis les gens dits de couleurs, puis les handicapés, puis leurs contradicteurs, puis... et l’humanité finirait par devenir une race d’écervelés, qui dégénérerait et s'éteindrait, comme certaines races animales que les hommes manipulent. Il est stupide et choquant d'essayer de faire croire qu'un groupe quel qu'il soit, pousse à promouvoir l'homosexualité en cherchant à faire des adeptes de cette sexualité. Puisque la sexualité n'est pas un choix autre que celui de la nature. Un homo qui refuse sa sexualité est contre-nature. Bien évidemment il y a l'inné et l'acquit, ce qui complique un peu les apparences. Suivant leurs milieux de vies et leurs expériences, des homos peuvent se croire hétéros et vis-et-versa. On peut aussi imaginer qu’un homme et une femme qui ont des rapports sexuels sans désirs de procréation, sont tout autant stériles et soi-disant contre-nature, que des homosexuels lorsqu’ils se donnent du plaisir charnellement et amoureusement. Encore une chose qu’ils voudraient nier chez les homosexuels ces satanés religieux ; l’amour. Je suis amoureux de mon homme depuis plus de vingt-huit ans et je peux affirmer que c’est un véritable amour, tout aussi puissant que celui d’un couple hétérosexuel, (voire bien plus que la moyenne, si l’on regarde combien de temps durent les mariages).

      Les scientifiques, (et plus simplement ceux qui sont proches de la nature), savent depuis longtemps qu'il existe une multitude d'autres races animales que celle des humains, qui comporte aussi l'homosexualité. Donc c'est naturel, point-barre ! La religion n'est pas contre-nature, mais contre la nature qu'elle cherche à dominer. Puisqu'elle explique que dieu a créé les animaux et les plantes pour l'homme. Résultat ; les fondements de nos sociétés étant construits avec ces idées désastreuses ; l'être-humain pollue et détruit la nature sans vergogne, croyant qu’elle lui appartient pour en disposer comme bon lui semble, puisque dieu lui a donné. Au lieu d’admettre qu’il en est interdépendant. La religion est donc aussi à la base de la destruction de la planète et de la biodiversité, en plus des guerres qu’elle génère. Sans oublié la misogynie de ces croyances, (tous les défauts, finalement).

      Ne pas oublier non plus que les religieux assassinaient nos chercheurs depuis des millénaires, par exemple en les brûlant sous prétextes de sorcelleries. Sans cela, il y a longtemps que les sciences pourraient guérir toutes les maladies et qu’elles auraient vaincues la mort. Maintenant au lieu de pouvoir survivre, quitte à ce que cela soit sous une autre forme, il ne nous reste qu’à attendre les futures avancées scientifiques, ou à croire en des foutaises religieuses, (repentez-vous, ou rependez-vous.

      La religion est une étape de l'évolution. Comme celle d'avoir été des petites cellules, puis des poissons qui finir par sortir de l'eau avec des embryons de pâtes, pour vivre sur terre. Si les dauphins avaient évolués plus rapidement que nous, ils auraient créés des religions avant nous. Parce que la nature a horreur du vide, l'être humain a inventé les religions. Elles expliquent le sens de la vie, en comblant la peur de la mort, mais elles interdisent de chercher plus loin pour ne pas être démasquées. Les scientifiques ont pris le relai.

      Alloua, ainsi soit-il et amen !

      Posté par Dire la vérité., 23 juin 2012 à 16:07 | | Répondre
    • Les homos homophobes.

      - Oui..., les homosexuels sont parfois homophobes :

      Les homos qui ne s’assument pas, qui ne peuvent s’assumés, ou qui ne le veulent pas, sont légions. Les religions n’en manquent pas. Surtout l’église catholique, car depuis qu’elle a interdit à ses prêtres, à ses nonnes et à ses moines de se marier ; une multitude d’homos se sont crus à l’abri en entrant dans les ordinations.

      - Il est aussi en partie question du syndrome de Stockholm :

      L'adhésion des victimes à la cause de leurs agresseurs. L’agresseur doit être capable d'une conceptualisation idéologique suffisante pour pouvoir justifier son acte aux yeux de ses victimes. Ce syndrome peut modifier durablement, voire définitivement, la personnalité, les valeurs et les convictions morales de l'individu. La victime adopte souvent par la suite, un jugement permissif vis à vis de l’agresseur, ainsi qu'une attitude souvent très critique à l'encontre de la société. Afin de pouvoir supporter ses angoisses, la victime conceptualise qu’elle cesse d’être une proie, en adoptant les points de vues du chasseur. Plus elle rationalise en ce sens, plus il lui semble être passé du côté du plus fort. Il y a une forme de lâcheté dans cette attitude plus pathologique que volontaire, que l’on rencontre aussi pendant les guerres. Durant lesquelles des personnes en viennent à dénoncer les leurs aux tortionnaires, (sans que ce soit systématiquement pour de basses rémunérations).

      J’ai connu étant enfant l’humiliation de voir un magrébin poussé à devoir ouvertement dénigrer ses origines et les siens, avec grande vulgarité. Sans doute pour pouvoir conserver sa place de travail, dans la petite entreprise miteuse des racistes qui l’employaient. Je m’en souviendrai toute ma vie avec répugnance et aversion.

      Posté par Dire la vérité, 23 juin 2012 à 16:08 | | Répondre
    Nouveau commentaire