26 mai 2010

La violence comme spécificité du sport

Pour la plupart des responsables politiques et sportifs le sport serait en effet l’antidote idéal au mal-être des jeunes en leur offrant des activités encadrées, valorisées, « éducatives », mais aussi un modèle efficace de « contre-société » reposant sur « l’éthique sportive ». Or, par l’une de ces ruses de la raison dont le capitalisme mondialisé a le secret, ces beaux discours sont en permanence démentis par la réalité quotidienne de la corruption, de la truanderie, de l’affairisme et de l’appât visqueux du gain, et plus encore par la violence sportive, qu’elle soit ordinaire, routinière, banale et banalisée, ou meurtrière, criminelle et préméditée.

[…] Le sport professionnel, le sport amateur, le sport scolaire, le sport corporatif, le sport de masse, le sport ouvrier connaissent sans doute des niveaux de violence différenciés, mais tous sont touchés par la gangrène de la violence, dans les stades et hors de stades.

Jean-Marie Brohm, La violence de la compétition sportive, in Quel sport ? n° 12/13, mai 2010, p.27

Posté par vegman à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur La violence comme spécificité du sport

Nouveau commentaire