de Paul-Éric Blanrue

Sarkozy, Israël et les juifs

  • Broché: 208 pages
  • Editeur : Oser dire (20 mai 2009)
  • Collection : ARTICLES SANS C
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 291993712X
  • ISBN-13: 978-2919937127
  • Aujourd'hui, en France, parler d'Israël avec sérénité et franchise est devenu impossible. La question est taboue. Quiconque se permet de critiquer l'État juif risque d'être qualifié d'antisémite. Dans la « patrie des Droits de l'Homme et de la liberté d'expression », un délit d'opinion, en politique et en histoire, est établi. En lieu et place de la discussion libre, une dictature de la pensée unique a été instaurée... C'est en 1967, par la voix du président Charles De Gaulle, que la France prit pour la première fois ses distances avec Israël. Sous le régime précédent, ce pays avait bénéficié de grands privilèges, puisque c'est grâce à la IVe République que l'État juif avait acquis la bombe atomique. Les présidents français qui succédèrent au Général s'efforcèrent, à son image, de maintenir l'équilibre entre les parties en présence, palestiniennes comme israéliennes. Mais tout changea soudain en 2007, avec l'élection à la présidence de la République de Nicolas Sarkozy. Celui-ci avait longtemps été à la tête d'un parti qualifié de « gaulliste ». Mais, sur la question d'Israël, il tourna résolument le dos à la position défendue par le Général. Prônant désormais la défense quasi inconditionnelle d'Israël, Sarkozy met aujourd'hui en oeuvre une politique qui est l'image inversée de celle du fondateur de la Ve République. Pour lui, toute critique d'Israël serait un signe d'antisémitisme. Historien spécialisé dans les mystifications, Paul-Éric Blanrue refuse de verrouiller sa pensée. L'objectif de son livre est de participer à la prise de conscience du danger que représente la nouvelle politique étrangère française. Paul-Éric Blanrue nous ouvre les yeux sur les aspects déjà périmés des choix étranges de Nicolas Sarkozy. Il dévoile pourquoi le président français s'est engagé dans une voie qui va contre les intérêts de son pays et risque d'entraîner bientôt la France dans des conflits majeurs, au Liban, en Iran ou ailleurs. Il décrit un par un les réseaux pro-israéliens qui servent cette stratégie, démontre leur puissance, signale leur aveuglement et fournit les noms des principales personnalités qui en font partie. Il récuse l'assimilation faite systématiquement entre judaïsme et sionisme. Il appelle les juifs de France à se défaire d'urgence de leurs porte-voix officiels, qui ne représentent tout au plus qu'un sixième d'entre eux, et les encourage à se rebeller contre une politique qui, à terme, se révélera désastreuse pour eux comme pour tous les Français. L'auteur avance enfin des propositions qui font revivre la hardiesse traditionnelle de la pensée critique française et qui peuvent à nouveau souder les Français dans un projet généreux, pour en finir avec le communautarisme imprudemment importé des États-Unis.

    « (Le dernier livre de l'historien à succès Paul-Éric Blanrue (...) est explosif : les liens entre le président de la République française et la colonie juive de Palestine. » (voltairenet). « Un livre qui mérite le débat, et non un interdit de fait » (Alain Gresh, directeur-adjoint du Monde diplomatique). « Sarkozy, Israël et les juifs, le livre qu'on nous cache Paul-Éric Blanrue vient de faire une de ces erreurs qui vous plombent à jamais la carrière d'un écrivain. S'imaginant naïvement que la France était toujours une démocratie, notre homme a enquêté sur les rapports qu'entretient l'époux de Carla Bruni avec une communauté religieuse influente et avec l'État qu'elle a instaurée entre le Jourdain et la Méditerranée. Il en est ressorti le livre : Sarkozy, Israël et les juifs . S'il avait été sage, quand tous les éditeurs français à qui ils le proposa, eurent refusé, les uns après les autres, son manuscrit, Paul-Éric Blanrue aurait du se poser la question de l'opportunité de sa publication. Il ne l'a pas fait. Il s'est obstiné et a soumis son livre à des maisons francophones à défaut d'être françaises. C'est ainsi que l'ouvrage est finalement paru, en Belgique, aux éditions Oser dire. En avait-il fini de ses tracas ? Non pas, car il ne suffit pas d'éditer un livre, encore faut-il qu'il soit mis à la disposition des libraires, ce qui est le travail des diffuseurs. Or toutes les sociétés assurant ce service en France refusèrent de mettre Sarkozy, Israël et les juifs à leur catalogue, condamnant l'ouvrage à un statut de samizdat distribué quasiment sous le manteau par des réseaux improbables. Dans le même temps, les grand médias habituellement si prompts à dénoncer toutes les censures et toutes les atteintes à la liberté d'expression sont, significativement, restés muets, se refusant à aborder tant le livre que le scandale de sa proscription. Ainsi, dans la patrie de Voltaire et des Droits de l'Homme, à défaut d'interdire les écrits qui dérangent organise-t-on leur occultation. » (Christian Bouchet, Flash Infos magazine n°18) --voltairenet - Monde diplomatique - Flash Infos magazine