On s’ennuie au bureau, alors sur Google on tape « Bachelot ».

Voir qui elle est, un peu.

La grippe A l’a si bien propulsée sous le feu des caméras.

Sur Wikipedia, c’est marqué ça : « Roselyne Bachelot-Narquin a occupé, avant d’entrer dans la politique au début des années 1980, le poste de déléguée à l’information médicale au sein du laboratoire ICI Pharma de 1969 à 1976, puis elle est chargée des relations publiques chez Soguipharm de 1984 à 1989 ». Tiens tiens, on ne savait pas. Mais faut vérifier, hein, Wikipédia raconte parfois n’importe quoi...

D’autant que son CV officiel, sur le site du ministère de la Santé, ne cause pas de ça du tout. On apprend plein de choses passionnantes, (...) Mais rien sur les douze années qu’elle aurait – conditionnel de rigueur – passé au service de l’industrie pharmaceutique. Un trou, là.

Alors, qui dit vrai ? Wikipédia ou le Ministère de la Santé ?

Et puis, on tombe sur (...) son vieux CV, lorsqu’elle était au Parlement européen, en 2004. Tout en haut, juste sous « née le 24 décembre 1946 à Nevers », elle détaille son « activité professionnelle » : « Déléguée à l’information médicale - laboratoires ICI Pharma - de 1969 à 1976. Chargée des Relations Publiques chez Soguipharm de 1984 à 1989. » C’était une fierté, apparemment, à l’époque : la preuve qu’elle avait travaillé dans la vraie vie. Celle de l’entreprise...

Mais pourquoi, alors, le cacher maintenant ? Pourquoi oublier ces douze années, qui pèsent quand même dans une (brève) carrière ? Pourquoi cette omission, alors que Roselyne Bachelot promet que « la transparence sera la plus totale, suivie scrupuleusement » ? Pourquoi ce silence, alors que la loi oblige les experts à déclarer leurs « conflits d’intérêts » ?

Le plus simple, c’était de lui demander.

On a essayé.

On s’est entêtés, même.

(...)

Aujourd’hui, c’est le grand jour : « A l’occasion de l’ouverture des centres de vaccination, Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé et des Sports, visitera le centre de vaccination Auguste Renoir à Paris. Lors de ce déplacement, la ministre se fera vacciner contre la grippe A (H1N1). » On va la croiser , enfin. (...)

« Madame Bachelot, est ce que c’est vrai que vous avez été porte-parole pendant douze ans de deux laboratoires pharmaceutiques ? »

Son sourire s’efface :

« Ah, écoutez, c’est absolument, écoutez, vraiment, cette accusation est absolument répugnante...

- Mais c’était bien Ici pharma et Soguipharm ? »

Elle se fâche :

« Pendant 6 ans j’ai travaillé dans un laboratoire pharmaceutique comme visiteuse médicale à 1 000 francs par mois comme boulot de, comme boulot d’étudiante pendant 6 ans, c’est comme, c’est comme si vous disiez aux jeunes gens qui travaillent chez Mac Do à vendre des... des hamburgers qu’ils sont à la solde de l’industrie agro-alimentaire ! »

Roselyne Bachelot s’échappe alors par la porte de derrière.

La réaction des collègues, mécontents eux aussi, ne tarde pas :

« Elle n’a pas aimé », « Ah, ben merci, elle est partie », « Heureusement que tu as posé ta question pas trop tôt sinon elle serait partie toute de suite et on aurait rien eu ».

« Mais, je les interroge, vous le saviez ?

- Non, mais l’investigation serait trop longue...

- Y a juste à regarder son ancien CV de députée européenne. Maintenant que vous le savez, vous reprendrez l’information ?

- Non. On n’est pas venus pour ça. On est venus pour la vaccination. »

lisez la suite de cette exclusivité web sur le site de fakir

Source: http://www.betapolitique.fr/ou-la-lobbyiste-etait-devenue-42814.html