MERCREDI 9 SEPTEMBRE 2009
CHEZ TOUS LES MARCHANDS DE JOURNAUX.

Sine hebdo hors-série n°2

Lancer un nouvel hebdo, en trois semaines et en plein été : le pari paraissait impossible. C’était compter sans la rage de Siné, qui venait de se faire virer comme un malpropre de Charlie Hebdo, et compter sans l’amitié, l’envie de tous ceux, anonymes ou connus, qui trouvaient cette situation arbitraire, donc inadmissible. La contre-attaque fut cinglante, elle s’appela Siné Hebdo. Le succès fut au delà de toute attente : 140 000 exemplaires vendus dès le premier numéro, le 10 septembre 2008.

Depuis, ce sont 2 700 000 exemplaires vendus, 50 000 mails et lettres de lecteurs, 12 000 dessins reçus dont plus de 2 650 publiés, grâce à une équipe de chroniqueurs, journalistes et dessinateurs enragés.

Pour fêter l’anniversaire du « journal mal élevé », Siné Hebdo a souhaité offrir une sorte de best of de 96 pages : mosaïque de textes et dessins (près de 300 !) représentant l’essence et le combat du journal. Lutte contre la bêtise, la terreur intellectuelle et la pensée unique. Refus de tout consensus. Et toujours sans publicité ! Eh oui, Siné Hebdo, ce n’est pas QUE de la rigolade, c’est aussi beaucoup d’enquêtes, de reportages, d’humeurs et de rencontres.

« Il aura aussi fallu à la réussite de notre petite entreprise – soyons honnêtes – : 875 cartouches de clopes, 1 500 canettes de bière, 2 500 litres de morgon, 1 bouteille de Coca, 86 bourriches d’huîtres, 124 saucissons, 18 jambons de Bayonne, 3 cambriolages, 85 paquets de Nicorette, 1 000 débats passionnés, 52 kilos de bonbons, 580 litres d’oxygène liquide pour le patron, une victoire au procès pour antisémitisme intenté par la Licra, des groupes d’amis partout sur Facebook, 4 Clic-Clac défoncés, des dizaines d’éclats de rire, de verres et de voix quotidiens, des cafetières brisées, des soutiens du monde entier, des lecteurs attentifs et inventifs, des milliers d’abonnés, 4 imprimantes épuisées, 35 boîtes d’Alka-Seltzer, autant d’Oxyboldine… »

(extrait du hors-série) Benoît Delépine, Delfeil de Ton, Bruno Gaccio retracent avec humour les premiers pas de Siné Hebdo.