Il n’y a pas dialogue avec les propagateurs de la misère et de l’inhumanité. Il n’y a pas de dialogue avec le parti de la mort. Aucune discussion n’est tolérable avec les tenants de la barbarie. Seule l’affirmation obstinée de la vie souveraine et sa conscience briseront les fers qui entravent le progrès de l’homme vers l’humain.

Raoul Vaneigem, Pour l’abolition de la société marchande- pour ne société vivante, pp.13-14, 2002, ©Payot