« […] pour quiconque se donne la peine de réfléchir vraiment à ce qu’est l’essence de la démocratie, la vertu civique ne consiste pas à aller voter de temps à autre, et à oublier ses devoirs dans l’intervalle pour n’en faire qu’à sa guise, c’est-à-dire pour faire la marionnette du système et de sa communication manipulatrice. Elle implique que le citoyen assume personnellement, sur tous les plans et dans tous les domaines, les obligations et les responsabilités liés à la défense et l’illustration de l’idéal républicain. »

Alain Accardo, Le petit-bourgeois gentilhomme – Sur les prétentions hégémoniques des classes moyennes, p.22, 2009 © Agone