L'Union juive française pour la paix (UJFP) est une organisation juive laïque, universaliste s'opposant à l'occupation des territoires palestiniens, qui milite, notamment dans le Collectif Palestine, pour la reconnaissance du droit du peuple palestinien à un État, pour la reconnaissance du droit au retour des réfugiés palestiniens, pour le démantèlement des colonies en Cisjordanie et à Gaza, pour le retrait des colons israéliens de tous les territoires occupés, Jérusalem-Est compris.

Histoire

Fondée à Paris en avril 1994 est créée comme la section parisienne, puis française, de l'Union juive internationale pour la paix par Richard Wagman, son président actuel. Celui-ci se définit à titre personnel comme antisioniste (« les antisionistes sont ceux qui croient que le sionisme est erroné comme idéologie et qui s’y opposent »). Au début constituée d'une vingtaine de membres, l'association en compte désormais plus de 250, parmi lesquels Raymond Aubrac ainsi que de nombreuses personnes non-Juives. Elle participe à plusieurs campagnes visant à dénoncer la dérive militariste et la politique d'occupation du gouvernement israélien. Elle soutient la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) contre Israël, campagne qui vise à pousser le gouvernement israélien à prendre la voie d'une solution négociée au conflit avec les Palestiniens. Le principal argument de soutien à la campagne BDS est que « le boycott, comme jadis pour l'Afrique du Sud, n'est qu'un moyen, non pas « d’affamer le peuple israélien » comme certains veulent le faire croire, mais bien de faire comprendre aux Israéliens comme au reste du monde qu’il ne saurait y avoir d'impunité pour les crimes de guerre, les assassinats ciblés, l'enfermement arbitraire, le vol des terres, de l'eau, des droits de douane, le déni des droits y compris les plus élémentaires ».

La Charte

«  Le conflit entre Israéliens et Palestiniens ne peut être résolu qu'en mettant un terme à la domination d'un peuple par un autre, et en mettant en œuvre le droit à l'autodétermination pour le peuple palestinien, y compris le droit de créer son propre État indépendant. Le retrait d'Israël des territoires occupés depuis 1967 constitue une étape nécessaire à l'accomplissement de l'autodétermination palestinienne. Le droit à l'autodétermination est déjà, bien entendu, clairement établi pour le peuple israélien. Toute forme étatique ultérieure que les peuples de la région pourront établir dépendra de l'évolution des relations entre ces peuples, notamment entre Palestiniens et Israéliens. Nous espérons qu'elles évolueront dans le sens de la paix, de la coopération mutuelle et de la justice sociale. Nous militerons pour encourager de tels développements.  »

Objectifs

L'association se propose les objectifs suivants :

  • œuvrer à une solution politique juste et durable fondée sur l’égalité des droits dans le conflit israélo-palestinien
  • faire entendre une voix juive, laïque et universaliste opposée à toute logique communautariste

  • favoriser le dialogue entre juifs et arabes au Moyen Orient et en France

Soutenir tous ceux qui en Israël, en Palestine, en France et ailleurs se battent pour une paix juste.

  • en participant au Réseau juifs européens pour une paix juste
  • en participant au Collectif Palestine
  • en participant dans tous les lieux de réflexion sur l’antisémitisme et l’islamophobie

Et de promouvoir ces objectifs par :

  • des conférences-débats
  • des manifestations publiques
  • des publications sur différents supports

Une association dissidente parmi les organisations juives

L'UJFP est une association souvent en porte-à-faux des organisations revendiquant la représentativité politique des Juifs de France. L'UJFP est notamment critiquée par des dirigeants du CRIF comme Roger Cukierman, par l'Union des étudiants juifs de France (UEJF)ou encore par des intellectuels juifs pacifistes comme Marek Halter qui parle dans un entretien au journal Le Monde de ceux qui exhibent leur étoile jaune pour condamner Israël.

Cependant, elle a réuni, lors de ses appels pour la paix (Appel contre les frappes au Liban, août 2006 paru dans Libération et l'Humanité, des signatures de personnalités juives, comme Raymond Aubrac, Rony Brauman (médecin, essayiste), Rachel Choukroun (Présidente, Femmes en Noir, Marseille), Stéphane Hessel (Ambassadeur de France), Marcel-François Kahn, Pascal Lederer (animateur d’Une Autre Voix Juive).

Action sur la question des sans-papiers

Cette association a soutenu les mouvements pour la régularisation des sans papiers, et particulièrement des enfants. Elle déclare se réclamer « d’un héritage juif généreux et altruiste, celui des combattants des Brigades internationales, des membres résistants de la MOI et des combattants anticolonialistes comme Henri Curiel. Beaucoup d’entre nous, de par leur histoire familiale, savent ce qu’est la clandestinité, l’absence de lendemain, la menace permanente. Le spectacle des expulsions récentes nous renvoie à d’autres images tragiques, que l’on croyait enfermées dans les vieux films. Quand un État commence à s’interroger sur qui a le droit d’être là, qui a le droit de vivre, nous savons que la situation est grave. Nous savons que la seule riposte est la solidarité sans conditions. » et critique le « silence assourdissant du CRIF sur cette question ».

Associations proches

  • Juifs européens pour une paix juste JEPJ
  • Union des Progressistes Juifs de Belgique (UPJB)
  • Réseau des Juifs contre l’occupation (Italie)
  • Jews for Justice for Palestinians (JJP, UK)

L'UJPF ne pas pas partie du Conseil représentatif des institutions juives de France

Source: Wikipedia

Site de L'UJFP